« Zoo rentrée 2017 : Trondheim r... | Accueil | Preview Zoo rentrée 2017 : Une... »

Bartkira à Paris

MikeOB_HD
MikeOB


En juillet, la structure Tokyoïte exposait une série de planches choisies tirées de Bartkira, initié par Ryan Humphrey et James Harvey. Ce projet pharaonique reprend l’intégralité des pages du célèbre manga Akira de Katsuhiro Otomo, en les retravaillant à la sauce Simpson. Au fil du temps, une multitude d’artistes venus des quatre coins de la planète y ont participé, chacun apportant une pierre (ou plutôt un dessin) à l’édifice. A l’occasion de la conclusion de Bartkira, Zoo a rencontré James Harvey, venu à Paris spécialement pour l’occasion.

Bartkira_6_p054 (Alex Moore)Comment est-ce que cette idée dingue de fusionner les deux univers d'Akira et des Simpson est née ?

Tout est parti de Ryan Humphrey. Il adore dessiner ce genre de fusions, surtout avec les Simpson et une autre oeuvre tirée de la culture pop : Alien, Battle Royale, Hellboy... J'ai vu ses travaux initiaux autour des Simpson et d'Akira, et je me suis dit que c'était ça, que ce mélange avait énormément de sens. A partir de ce moment, j'ai imaginé que si on transformait cette idée en projet collaboratif, ça serait assez incroyable. J'ai donc simplement demandé à Ryan si je pouvais mener ce projet, et il m'a répondu tout aussi simplement "Oui". Ca n'a même pas pris un mois pour obtenir son accord.

Avez-vous obtenu l'approbation des créateurs originaux ?

Nous savons qu'ils connaissent le projet. Matt Groening a un exemplaire du livre, après qu'une personne travaillant pour sa maison d'édition le lui a ramené et ne l'a jamais récupéré ! Il en va de même avec Katsuhiro Otomo. Son fils, Shohei, adore le projet et l'a montré à son père. Depuis, apparemment, Otomo père offre le livre de temps en temps à ses invités.

Kodansha et Fox, qui possèdent les droits d'exploitation sur ces deux œuvres, savent que nous existons. Ils savent également que nous savons. Et nous savons qu'ils savent que nous savons... Ils ne peuvent évidemment pas officiellement nous soutenir dans la démarche. Mais ils n'ont également jamais intenté quoi que ce soit contre nous. La seule limite que nous avons rencontrée a eu lieu lorsqu'un des artistes qui travaille sur le comic Simpson officiel a voulu participer à Bartkira. Il a contacté les avocats de la Fox pour voir si cela allait être possible, mais nous n'avons jamais réentendu parler de lui depuis. Il y a malgré tout une tolérance vis-à-vis de l'existence de Bartkira, et nous leur en sommes reconnaissants.

Vous avez réuni plusieurs centaines d'artistes originaires de plus de 40 pays différents. Comment cela s'est fait ?

Nous voulions que le projet soit vraiment global, pour suivre les propos qu'Otomo expose dans ses œuvres depuis plus de 20 ans : des nations qui parviennent à se rassembler pour créer quelque chose les dépassant. Et c'est ce que nous avons réalisé.

Au départ, tout un chacun pouvait proposer des planches. J'ai reçu des dessins d'amateurs de 11 ans comme d'un des artistes travaillant sur Batgirl. Je voulais que chaque participant soit sur un pied d'égalité, professionnel ou non. C'est ce patchwork qui fait le charme du projet. Mais plus le Bartkira avançait, plus nous avons reçu des propositions de participations. Il a donc fallu faire un tri, pour que seulement les meilleurs dessins restent. Le choix des dernières planches a évidemment été le plus compliqué.

Bartkira est à présent terminé. Quelle est la suite pour vous ?

J'écris et dessine mes BD. Je voudrais sortir des canons classiques de la BD anglo-saxonne (où le travail se partage généralement entre un scénariste et un dessinateur) et devenir un artiste comme Daniel Clowes. Je veux pouvoir maîtriser tout le processus de création.

A partir de maintenant, je vais commencer à travailler avec DC Comics, au sein de la collection "Young Animal". Gerard Way, un des éditeurs de la collection, me laisse pas mal de latitude pour que je puisse y faire ce dont j'ai envie. Normalement, je vais avoir la main sur le personnage Plastic Man.

Pour l'instant, je vais me concentrer sur mes créations propres, mais en 2020, je veux refaire quelque chose autour de Bartkira, pour les Jeux Olympiques de Tokyo (Otomo avait prophétisé l'organisation des JO à Tokyo cette année-là dans Akira - ndlr).

Propos recueillis par Thomas Hajdukowicz



Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.